MENU

CULTE

Première objet

Pas étonnant que le célèbre Crownie Américain s'offre les services de Michel Denisot à la direction de la rédaction de son journal. L'ancien directeur général adjoint du groupe Canal+, et producteur à ses heures perdues ( le grand journal, les césars ... ) et découvreur de talents retourne aux sources et s'entoure entre autre d'Anne Boulay qui à lancé le magazine GQ, il explique que Vanity Fair l'avait inspiré à la création du Grand Journal. Très heureux de transmettre son expérience et ses idées il se réjouit d'être en possession du plus bel objet de sa vie professionnelle.

Le magazine fête ses 100 ans cette année, il fusionne en 1936 avec le célèbre Vogue bible des modeux comme moi qui ne rate jamais la sortie d'un exemplaire ( j'en ai une étagère entière) ! Vanity se veut avant gardiste, indémodable et reconnaissable entre tous ( rappelez vous de la couverture qui avait fait sensation de l'actrice Demi Moore posant nue et enceinte ), même M. Newton à travaillé sur l'identité visuelle du journal ! Glamour et mordant, il traite de Culture, d'Economie, de Politique, de Mode, de Phénomènes de société et offre un nouveau regard sur l'actualité trop souvent formaté.
J'achète !

Deuxième objet
 
Ce petit chausson en toile avec de la corde de chanvre est cousu à la main ! 65% de la production des espadrilles sont fabriquées au Pays Basque et produite dans la région depuis le 18 ème siècle. En 1960 elle monte sur les podiums d'Yves Saint Laurent qui passe une commande à la maison Castaner pour fabriquer l'éspadrille compenséeAujourd'hui tous en espadrilles ! Même en ville !!!